AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Madoka Akimino*[Fiche Acceptée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Madoka Akimino


avatar

Messages : 21
Date d'inscription : 27/02/2008
Localisation : Cachée dans son placard avec ses poupées vaudou.
Qui suis-je ? Qui cherché-je ?
.rpgzone .rpghidden {visibilty: hidden; display: none;}.rpgzone:hover .rpghidden {visibilty: visible; display: block; position: absolute; width: auto!important;}.rpgcontent { position: relative; top: -150px; max-width: 250px; }.rpgbutton { url image= ('http://img140.imageshack.us/img140/8810/texthn.png')}.rpgcontent { url image= ('http://img140.imageshack.us/img140/8810/texthn.png')}

MessageSujet: Madoka Akimino*[Fiche Acceptée]   Jeu 28 Fév - 22:53

[ Mon premier RPG sous forme de forum, be gentle...Wink]







Nom et prénom: Akimino, Madoka Enma Ai.
Sexe : Féminin.
Age : 16ans, accomplira ses 17années dans deux mois.
Loisirs : Passer des heures assise à confectionner des poupées avec de la paille, fixer l’horizon en l’attente d’un soleil rouge. Les bains à vapeur.
Année scolaire : 3ème année.
Orientation sexuelle : Indéfinie. (Peut-être une tendance pour les hommes plus grands qu'elle)
Nationalité : Japonaise, d'origine de l'île d'Hokkaido.

Description physique : Madoka n’est pas très grande, la chose que l’on remarque chez elle la première fois ce sont ses grands yeux d’une couleur peut banale : son regard scande le désespoir avec ardeur. Aucune expression ne marque son visage, elle possède de longs cheveux noir ébène qui contrastent avec sa peau de porcelaine. Les courbes de son corps ne représentent pas l'harmonie parfaite, mais jamais elle n'y avait fait attention, la beauté étant secondaire à son goût. Elle se tiendra toujours droite, ainsi soit-il.

Hors de l’école, elle se trouve en kimono de soie noire, avec un somptueux Obi aussi noir et possédant une broderie de fleurs rouges. Glissé dans son Obi, il y a un mouchoir en lin et accroché sur sa hanche droite il y a aussi un petit sac. Dedans s’y trouve une poupée de paille avec une ficelle.
Elle porte donc un kimono à longues manches de sortes qu’on ne puisse voir ses bras, seulement le bout de ses doigts. C’était un style raffiné et discret, un symbole.
Dans l’école, elle porte l’uniforme mais garde toujours son petit sac, précieux à ses yeux.


Description psychologique : Possède un mutisme poignant, préférant côtoyer le silence aux personnes l’entourant. Madoka n’use de la parole que lorsqu’on l’interpelle, chose rare dans son quotidien ; Elle répond d’une petite voix douce mais coupante. Son caractère impassible conserve le mystère qui l’entoure. Madoka sait qu’elle n’est rien, entends ces chuchotements oppressant la nuit, attends peut-être une fin digne. Sur des bruits de tambours ses cauchemars la hantent, elle revoit tout, du début à la fin : cette scène de miséricorde.
Au fond, elle était faible et elle n’était ici que pour s’oublier. Oui. Oublier…
Son mental se reflétant sur sa santé, Madoka est fragile et peut tomber facilement malade.


Autre : Possède un bracelet de perle de nacre qu’elle cache, n’aimant pas montré les objets auxquels elle s’attache.



Histoire : C’était une chose rare que de voir jour après jour quelqu’un qui, plongé dans ses rêves, ne se lassait jamais des mêmes mouvements répétitifs, à reproduire jour après jour et tout cela, sans jamais trop se soucier de ce qui l’entoure, gardant un visage impassible, ses gestes étant guidés à l’avance comme menés par des fils invisible.
Pourtant il n’était pas rare de le voir dessiner dans son coin, il en était même devenu normal de le voir rêvasser devant sa feuille blanche, le voir brandir d’un geste lent son crayon et de commencer à s’exprimer sur son nouveau calepin vierge, et encore une fois ces mêmes mouvements mêlés à de l’insouciance et les lignes suivaient les coups de crayons répétitifs.
Le soleil se couchait, l’ombre qui était pourtant au bas des escaliers où il siégeait s’était activée jusqu'à ses pieds, mais captivé dans sa tâche, le temps à beau passé et on ne le voit pas pour autant. Il releva la tête une nouvelle fois, ses cheveux virevoltèrent sous l’effet de la brise passagère, il scruta un point bien précis et c’était repartit pour plusieurs grattements sourds de sa mine de crayon sur le papier.
Il s’appelait Akira, j’en étais malade. Malade d’amour.

Je m’appelle Madoka, je suis née involontairement et on me l’a fait comprendre toute ma vie. Je vis seule avec ma mère, dans une maison chargée de souvenirs assassins. Je n’ai jamais serré qui que se soit dans mes bras, je n’ai pas vraiment d’amis car j’ai des difficultés sur le plan social. Je poursuis une série d’échecs successifs, une convalescence qui me réduit à un silence damné. Il m’arrive de pleurer, enfermée dans ma cage à soupçons… Mais j’ai rencontré Akira un beau jour devant chez moi.
C’était une cruelle extase langoureuse, qui me dévorais, et m’enivrais. Une fascination incompréhensible me pris, et sans me rendre compte je tombais amoureuse du ‘jeune homme blond au calepin’. Je sus qu’il s’appelait Akira en regardant sur sa boîte aux lettres, ma curiosité me causant des fourmillements dans les jambes. Tous les jours je vins l’observer, et parfois m’assoir près de lui et regarder les nombreux croquis, on discutait souvent avec le regard, évasifs et moqueurs. J’avais une respiration semblable à un sifflement dans ce silence qui s’abattait sur moi tel le pire des châtiments quand il me tint la main pour la première fois.
Jamais je n’avais eus le cœur aussi léger. J’étais heureuse, oh tellement heureuse ce jour là.
Il était dur comme le diamant, doux comme le clair de lune. Chaud comme le soleil, froid comme la gelée sous les étoiles. Pâle et distant comme la montagne neigeuse. Un frisson que je regretterais toute ma vie. J’étais malade. D’Amour.
Et ce fut dans le métro que se termina ce rêve. Une fusillade éclata se soir là, un attentat surement, que sais-je. Et il était dedans.
J’étais devant chez lui, je l’attendais avec un sourire songeur aux lèvres.

Akira ne revint plus jamais.
Et plus jamais je ne m’attachais à quelqu’un.
Ce jour là, je me demandais pourquoi le monde ne s’était pas arrêté pour lui, pourquoi j’étais seule sur sa tombe à pleurer du fond des entrailles. Deux ans plus tard, j’entrais dans un internat, loin de tout, un internat qui me permettrais surement de m’oublier.
Un internat que je regardais face à moi, les yeux emplis d’une confusion ; ce halot de mystère allait peut-être enfin disparaître.

Moi Madoka, je pense donc je fuis.


Dernière édition par Madoka Akimino le Ven 29 Fév - 18:42, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asuka kumiko

Admin
avatar

Messages : 170
Date d'inscription : 19/02/2008
Age : 26
Localisation : alongée dans un pré remplit de fleurs blanche
Qui suis-je ? Qui cherché-je ?
.rpgzone .rpghidden {visibilty: hidden; display: none;}.rpgzone:hover .rpghidden {visibilty: visible; display: block; position: absolute; width: auto!important;}.rpgcontent { position: relative; top: -150px; max-width: 250px; }.rpgbutton { url image= ('http://img140.imageshack.us/img140/8810/texthn.png')}.rpgcontent { url image= ('http://img140.imageshack.us/img140/8810/texthn.png')}

MessageSujet: YOP =D   Ven 29 Fév - 18:39

j'adouuurreee ta fifiche <3 comment ne pas acepter y faudrait etre fou !! So bienvenue ^^


ACEPTERRRRRR cour content

_________________


_________________________________________________________________


je suis la , les yeux bandés , je marche incertaine , je suis perdue , mais .... c'est normal je joue a colin-
mallard ^^
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://Aoi-Udo.skyblog.com
 

Madoka Akimino*[Fiche Acceptée]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

+
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Yume No Ryou :: Administration :: Registre :: élèves-
Sauter vers: